Retrouvez la paix du cœur en n’accordant pas de valeur à votre tristesse

la paix du cœur

Nous souffrons de tristesse, suite à un deuil, un abandon, une séparation, une maladie ou tout autre problème. Si l’événement est important il fait partie de la vie et devrait être considéré de façon juste. Pour trouver cette justesse, il faut revenir à l’essentiel. Nous sommes tous ici pour vivre et évidemment mourir. Au cours de ces années, nous vivons des situations plus ou moins accablantes qui font partie de notre existence.  Il y a bien des façons de réagir à un événement, le considérer sans valeur est un bon moyen de se détacher du problème et de retrouver la paix du cœur. Ainsi aucune blessure ne vient perturber notre cheminement. 

Malgré nous, nous avons intégré les émotions, alors réfléchissons.

Nous devons  démarrer par l’essentiel et non pas réagir avec nos conditionnements, il faut regarder l’essence de la vie. Nous sommes influencés  par notre vécu : les parents, l’école, la société… Les codes sont biens établis pour réagir à des événements. Si l’on prend l’exemple de la mort d’un proche, nous sommes tristes, agacés, malheureux, choqués. Ce sont des attitudes que nous avons intégré malgré nous. Or dans cet exemple, à la réflexion, nous pouvons constater que mort et vie sont indissociables. Ainsi la mort fait partie de l’évolution.  Si la mort fait partie de ce que nous devons vivre alors pourquoi être malheureux (se) ?

la paix du cœur

Ces liens matériels et affectifs qui nous enchaînent

En réalité, nous nous accrochons à la vie terrestre du fait du conditionnement. Les biens matériels, les liens affectifs nous brident  et nous n’arrivons pas à nous en détacher. Renoncer à ces chaînes nous semble insurmontable, d’ailleurs nous n’y réfléchissons pas du tout. Notre cerveau est plein de ressources pour nous éloigner d’une réflexion qui pourrait changer notre façon de percevoir.

Nous sommes des êtres éclairés, donc nous pouvons comprendre

Oui  nous devons faire face à ces conditions difficiles, et les voir d’une autre façon. C’est un travail à opérer soi-même, car personne ne le fera à notre place. Les réponses sont déjà à l’intérieur de nous, il suffit de les redécouvrir. Nous sommes des êtres éclairés, doués de réflexion, donc  nous avons tous la possibilité de comprendre ce qu’il se passe dans notre cerveau. C’est bien là que se situe la réponse : dissocier la mémoire mise sous condition, de la réponse à apporter à une situation affligeante.

la paix du cœur

Notre affection est présente mais elle ne nous attriste pas.

Nous  constatons ! Nous voyons uniquement les faits. Dans cette perception, il n’y a aucune place aux valeurs du mental. Notre cœur est bien présent mais il n’est pas affecté. Il est à la fois facile et difficile de mettre en place cette organisation dans notre tête.  Nous pouvons nous exercer à travers tous les évènements de la vie qui nous affectent.  Partout où nous ressentons une gêne émotionnelle. Ainsi, nous pourrons nous éloigner de l’emprise de notre histoire.

Au travail maintenant : visualisons, constatons et la paix est en notre cœur.

Le travail consiste à considérer les situations qui nous affectent, de visualiser uniquement les faits. Nous sommes émus par une épreuve, un accident, des actualités (pour débuter il est plus facile d’expérimenter à partir d’une légère émotion).  Réfléchissons de nouveau : quel lien réel entre l’événement et nous-mêmes ? Nous pouvons voir que le lien est seulement  émotionnel.  Ne cherchons pas à redécouvrir les évènements de notre existence  qui provoquent cette agitation intérieure. C’est le passé, et il ne fait que nous enchaîner.

Nous pouvons enfin réaliser que la réaction première est seulement issue de notre passé. Elle n’a aucun lien avec la réalité. Si nous avons vu notre mère dans une grande tristesse au départ de son papa, nous serons certainement attristés le jour d’un prochain deuil. C’est ce lien qu’il faut rendre visible, et l’isoler de notre cerveau. Maintenant nous voyons le lien et constatons les faits, notre esprit est libre, notre cœur est en paix.

la paix du cœur

D’autres articles qui pourraient vous intéresser 

Partagez sur votre réseau préféré